nous et vous pour l'Ecole

Publié dans L'actu vue par Nous

La pierre philosophale ou le 5ème élément...

lundi, 17 août 2015 12:12

De tout temps certains en ont rêvé… changer les métaux vils en métaux précieux, je crois bien que nos maires aimeraient en avoir le pouvoir.

De mois en mois, de réformes en décrets, l’état se désengage sous des prétextes nobles, il faut lui rendre justice.

Education, fondamentaux, laïcité… des formules, des spécialistes, tout concourt à un même but.

Laisser le pouvoir entre les mains de ceux qui l’ont déjà.

C’est vrai ils sont aguerris, qu’en ferions nous, nous qui ne comprenons rien aux arcanes de ce monde ?

En bas de l’échelle du pouvoir se trouve l’édile, il doit suivre les directives venues d’en haut : présidence, ministère, sénat ; il doit mettre en œuvre et faire le lien avec le peuple.

Et aujourd’hui, il doit aussi financer la mise en application des directives avec les sous de ce peuple, déjà pressé comme un citron.

Et la pierre philosophale, c’est semble-t-il un mythe L

Cet été nous avons parlé à ces maires déconcertés, ils essaient de composer, de mettre en œuvre les temps périscolaires, car ils veulent que nos petits étudient mieux, pour grimper dans PISA… Mais le mercredi en plus, c’est le car, aller retour, les intervenants, la cantine parfois. Dans les regroupements pédagogiques, le car était gratuit, mais là, ça commence à peser. Les activités sympas, vous savez : celles qui sont destinées aux pauvres gosses que les parents n’éveillent pas, elles coûtent des sous elles-aussi. Il ne faut pas rêver, les bénévoles, doucement mais sûrement, vont retourner dans les limbes. J’ai lu dans certains comptes rendus, celui de mon village entre autre, que les enfants étaient impolis, les papis et les mamies ne s’attendaient pas à cela.

Ils n’écoutent rien, les "sauvageons", mais peut-être aussi que les années que les enseignants passent à étudier servent à quelque chose : à encadrer un groupe d’enfants par exemple en plus de gérer les processus d'apprentissage.

La rentrée arrive très vite, pour la deuxième voire la troisième année, il va falloir subir cette réforme.

Des associations de parents d'élèves telles que la PEEP qui s'était laissée convaincre par l'assouplissement Hamon déchantent (j’ai lu une interview d’une responsable qui avouait qu’elle allait diriger ses enfants les plus jeunes vers le privé), ceux qui demandaient à voir ont vu, professeurs et représentants étaient aux premières loges (74% des enseignants sont insatisfaits) et ceux qui avaient compris que les rythmes d’apprentissage n’étaient que prétextes fallacieux sont désolés d’avoir vu juste. On ne peut pas sérieusement prétendre avoir le souci d’un rythme optimal et coller un calendrier de répartition des vacances aussi absurde. (article)

Mais les gouvernants persistent et signent, alors :

le métal vil restant vil et ne servant à rien dans le cas présent, les finances des mairies se réduisant comme une peau de chagrin, nos maires vont devoir trouver des «  options » permettant quelques économies.

Certaines cantines scolaires cette année ne proposeront plus qu’un seul et unique menu, car, qu’on le veuille ou non, la diversification des propositions, ça a un coût.

Les enfants doivent manger de la viande, donc ce sont les menus sans porc qui vont être supprimés.

Concrètement, pour certains parents, ce sera compliqué… Mal vécu… car malencontreusement, ne pas pouvoir manger de porc, renvoie à une appartenance religieuse le plus souvent.

Les donneurs de leçons vont s’insurger contre les maires qui choisiront cette option, mais ne vous y trompez pas, les autres rogneront sur autre chose !

Les subventions aux associations, par exemple, vous avez du réaliser cet été que les festivals avaient souvent disparu. Le recours aux emplois précaires s’intensifie, les jeunes en service civil sont sollicités de toutes parts.

Je vous le redis : la pierre philosophale, elle n’existe pas.

Je compose cet article à l’avance, pour que, si le cas se présente autour de vous, avant de pousser de hauts cris, vous évaluiez cette situation absurde : la réforme des rythmes est inique, quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, ça ne fonctionne pas PARTOUT correctement.

PARTOUT : c’est le mot clef.

Imposer comme règle quelque chose qui ne peut pas fonctionner va provoquer des dommages collatéraux, les économies via la cantine, ce sera l’un des moindres.

La sécurité, l’hygiène, l’encadrement risquent de pâtir aussi. Les personnels municipaux ne sont pas « multitâches » : Leeloo (Cf : Milla Jovovich - le 5ème élément - Besson ) est un personnage de science fiction.

C’est volontaire si je vous noie sous des références mythologiques ou fantastiques.

J’ai vraiment ce sentiment, à force de me documenter, à force d’échanger avec ceux qui sont sur le terrain, que l’école est le champ d’application d’un grand n’importe quoi sous couvert de théories qui ne convainquent plus : même si le spécialiste de la mouche drosophile avait raison, et que l’enseignement est optimal le matin, il y a tellement de parasitage que le résultat est nul.

Il faut que ce foutoir cesse.

Alors à la rentrée, si des « décisions «  vous choquent, regardez vers ceux qui ont instigué ce marasme et demandez l’ABROGATION ! 

Dernière modification le lundi, 17 août 2015 14:48
Lu 10909 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)